Potimarron, « le magique »

Indispensable en automne, recommandé en hiver, le potimarron, comme ses cousins les citrouilles et les potirons, séduit par sa saveur châtaigne et ses vertus sur notre santé. Le potimarron est même considéré comme un « légume magique », comme le haricot de Jack dis-donc, en raison de ses richesses nutritionnelles. Et une fois aux fourneaux, la gourmandise peut enfin s’exprimer… Je vous livre les quelques secrets du potimarron et c’est fort bon !

Le « potiron doux d’Hokkaido »

legumes-automne

Appartenant à la famille des cucurbitacées riche de 800 espèces réparties en 120 genres, le potimarron est une variété de courges originaire du Japon.

Il était même surnommé le « potion doux d’Hokkaido ». Le potimarron le plus courant serait d’ailleurs originaire de cette île japonaise. C’est également le petit cousin de la citrouille et du potiron. La famille des courges est immense ! Son nom nous fait forcément penser au marron et pour cause : le goût sucré de cette courge n’est pas sans rappeler celui de son confrère, le marron. Potiron, marron, contraction = potimarron, ingénieux !

Le potimarron a une forme de poire, il affiche une belle couleur rouge, rouge brique tirant parfois sur le rose. Il peut même revêtir une couleur bronze ou vert par mutation ! La saveur des potimarrons, quelles que soient les espèces, est douce et au goût de châtaigne, et la dégustation s’avère crémeuse à souhait malgré une chair épaisse. L’histoire des courges, et du potimarron, a débuté avec l’exploitation de leurs graines. Ce n’est que plus tard que les hommes ont consommé la chair de ces légumes dont la taille a évolué au fil du temps. Ils ont débarqué en Europe suite au voyage de Christophe Colomb qui a découvert les courges auprès des Indiens.

Le potimarron : peu calorique et riche !

potimarrons-courges--legumes-colores

Du haut de ses 30 calories pour 100 g, le potimarron a le mérite d’être peu calorique. Premier bon point. Il se défend aussi bien du côté des apports sur la santé. Riche en fibres (régulation du transit), en matières sèches (effet rassasiant), en vitamines A, B, C, D, E et PP, en acides aminés (bénéfiques pour les os), en sucre naturel (bienfaits anti-diabète aux dires des Japonais) et en protéines. Des vitamines précieuses pour passer la saison automnale (du tonus, du tonus !). Il a, en plus, la particularité de contenir deux fois plus de provitamine A que l’indétrônable carotte et sa bêta-carotène. Le potimarron possède également moult oligo-éléments (magnésium, fer, phosphore ou encore potassium) et minéraux. On ne peut donc que vous le recommander dans votre assiette car il fera du bien à tout votre corps, notamment à votre vue et votre peau. Enfin, le potimarron agit sur les problèmes d’acidité de l’estomac et de fermentation de l’intestin en sa qualité d’aliment alcalin (dépourvu d’acide).

Quelques indiscrétions sur le potimarron

  • La peau du potimarron est comestible, oui madame ! Plutôt dure et en activant la fonction épluchage au moment de préparer (je parle de vécu là hein) un gratin ou une purée pour sa petite fille chérie, on en prend pour son grade ! Et pour rien car puisque la peau du solide potimarron est comestible, mangeons-la ! Choisissez quand même dans ce cas un potimarron bio.
  • Le potimarron a une sacrée longévité et peut donc servir de jolie déco culinaire dans votre cuisine durant plusieurs mois. Et vous n’avez pas à le congeler. Mieux encore, le déguster après plusieurs mois ne le rendra que plus sucré et chargé en vitamines !
  • Le potimarron peut être congelé mais conseil pratique et salutaire : cuisez-le d’abord à la vapeur pour éviter le surplus d’eau ensuite dans votre congélateur.
  • Les graines du potimarron se mangent et sont bourrées de vertus ! Riches en acides gras mono insaturés (cela peut aider à prévenir certains maux comme l’hypercholestérolémie. Elles peuvent être à la fois blanchies et grillées à la poêle.
  • Le potimarron est une variété de courge qui rampe quand elle pousse et ses tiges peuvent aller jusqu’à 3 mètres de long et porter moult petits spécimens.

Tous aux fourneaux pour le potimarron !

potimarrons-courges

Le potimarron se mange sous multiples formes et de multiples façons. En gratin (miam absolu), en potage, dans une tourte ou une quiche, à la poêle, à la vapeur, au four. Et bien sûr, le potimarron est très sociable : il peut se marier avec des quantités de légumes ! La pomme de terre étant l’idéal. Vous pouvez trouver des potimarrons, et les courges en général, chez votre primeur quasiment toute l’année, les mois phares étant octobre, novembre et décembre. Sur les étals de votre primeur, ces légumes aux formes et couleurs variées forment un appétissant tableau culinaire. Un potimarron bien choisi est un potimarron lourd, dur, à la peau lisse, sans taches, de couleur plutôt vive. Votre primeur saura vous conseiller pour vous dénicher le potimarron parfait (j’en profite pour remercier le mien qui ne me donne que des conseils précieux depuis le premier jour : merci !).

Scones salés au potimarron : la recette miam miam 🙂

Pour préparer un potimarron parfait, il faut bien le rincer et le découper en tranches avec un couteau fiable.
Allez, je vous livre la recette qui me fait du gringue et que je vais prochainement réaliser, j’ai nommé les scones salés au potimarron. Vous comptez 6 à 8 gourmands dans cette préparation. Il vous faut :

  • 125 g de potimarron (purée),
  • 2 c. à soupe d’huile d’olive,
  • 50 g de fromage frais (type chèvre, ricotta, brebis),
  • 2 œufs, 200 g de farine,
  • 2 c. à café de poudre à lever (type maïzena),
  • 50 g de polenta,
  • 50 g de cranberries ou de raisins secs (ou figues),
  • 25 à 50 g de fromage coupé en petits cubes (type tomme).

Dans la pratique, mélangez la purée de potimarron avec l’huile, le fromage frais et les œufs. Salez un peu, puis ajoutez la farine, la poudre à lever et la polenta à la préparation. Il faut bien mélanger pour avoir une boule homogène. Puis, vous pouvez ajouter les fruits et le fromage en cubes. La boule finalement obtenue ne doit pas dépasser 2 cm de haut. Découpez des formes avec le couteau et, enfin, faites cuire au four à 180°C sur plaque durant 25 mn. Vous m’en donnerez des nouvelles, et moi aussi !

Le magique potimarron a un succès qui ne date pas d’hier. Même la cosmétique et l’industrie pharmaceutique lorgnent sur lui pour certains de ses composants : anti-oxydants, squalène et papaïne. C’est lointain me direz-vous mais il a quand même été surnommé « courge au trésor » par moult auteurs et a reçu l’Oscar en béta-carotène dans la revue  « Médecine et Beauté » de mars 1980. La carotte n’a qu’à bien se tenir !

Rédactrice web passionnée de SEO et rompue aux intrigues éditos, j’ai changé de crèmerie en délaissant la région parisienne pour la région Nouvelle-Aquitaine. Un choix de vie personnel devenu une évidence. Mais aussi un vrai pari sur le plan professionnel. Après des mois de persévérance et de petit flops, ce qui est normal quand on repart à zéro du côté du réseau, des projets palpitants ont pris enfin vie. En freelance ou salariée, ma plume est en éveil et s’investit pour chacun d’eux avec la même ferveur ! Et Nanas Beauté fait partie du tableau : une nouvelle et chouette aventure bien-être aux côtés d’autres plumées et passionnées. Que demander de plus ?

Et si vous partagiez avec vos amies ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *