Flux Instinctif Libre : fausse bonne idée ?

Être une femme, ce n’est pas de tout repos. En moyenne, nous les filles, nous portons 10 560 protections hygiéniques tout au long de notre vie. Nous y consacrons 1 500 € à 2 000 € de budget. Rien que ça. Et lorsque enfin on nous propose une solution miracle, une technique révolutionnaire, écologique, économique et sans produit chimique, nous passons pour des femmes stupides. Vous vous demandez de quoi je suis en train de vous parler ? Du flux instinctif libre.

Le flux quoi ?

flux-instinctif-kesako

Le flux instinctif libre nous vient tout droit des Etats-Unis. Cette technique consiste tout simplement à empêcher le sang de nos règles de s’écouler. En d’autres termes, grâce à la contraction de leur périnée, certaines femmes auraient développé la faculté de retenir leur flux menstruel à l’intérieur de leur vagin. Ainsi, elles peuvent tranquillement laisser leur sang se déverser dans leurs toilettes.

Plus de tampons, plus de serviettes, plus de cup. Un système économique et écologique pour notre petite planète et notre corps.

Pour avoir entendu plusieurs témoignages de ces femmes, je dois admettre que je suis fascinée. Apprendre à écouter son corps et être capable de contrôler ses règles relève du défi pour moi. D’autant plus quand on a la chance d’avoir un flux très abondant.

Pour autant, elles sont nombreuses et toutes tiennent le même discours : règles moins abondantes, cycle plus court, douleurs atténuées… La nuit ? L’habitude pousserait leur vagin à se contracter naturellement.

Tout va au mieux dans le meilleur des mondes, quoi ! Oui, mais voilà, ne devient pas ninja du périnée qui veut. Qui plus est, ces femmes ont dû parfois batailler pendant des mois avant de pouvoir contrôler convenablement leur flux et éviter les petites fuites. Peut-être mis à part pour quelques yogistes très musclés, le flux instinctif libre est un véritable apprentissage.

Vous avez du mal à croire ce que je vous raconte ? Je le conçois. Mais après tout, pour quelles raisons ces femmes iraient inventer une chose pareille ? Peut-être sommes-nous en train d’assister à la montée en puissance d’un complot féministe d’un nouveau genre ? Ou peut-être simplement que les femmes tentent tant bien que mal d’apprendre à mieux-vivre leurs menstruations.

Mais c’est pas dangereux ?

serviettes-tampons-regles

Comme l’a si bien dit l’un des médecins du blog “L’école des Soignants” au sujet du flux instinctif : “je reste un peu sans voix lorsque chaque fois qu’on propose une manière différente de vivre, la première question est « est-ce que c’est dangereux ? ».

En faisant des recherches plus approfondies sur le sujet, j’ai été profondément marquée par le dédain affirmé de certains docteurs à l’égard de ces femmes.

Alors dangereux ou pas dangereux le flux instinctif ?

Il est effectivement important de préciser que le vagin n’est pas un sphincter comme peuvent fonctionner la vessie ou l’anus. Aussi, les muscles de celui-ci, qu’il soit plus ou moins musclé, ne seraient physiologiquement pas capables de retenir notre flux. Soit.

Pour certains, cette méthode nous est vivement déconseillée. Empêcher son sang de s’écouler favoriserait la prolifération de bactéries, le vagin n’étant pas stérile.

Ainsi, cette alternative ne serait pas moins toxique qu’un tampon ou une serviette. Puisque je cite : “parfois certaines femmes oublient leurs tampons, on doit leur retirer et ça sent mauvais.”

Outre l’argument de choc, une femme ne serait donc physiquement pas capable de retenir son flux, en revanche elle pourrait éventuellement oublier de le laisser s’écouler pendant une semaine ? Permettez-moi d’en douter.

Qui plus est, les douleurs de règles liées à la contraction de l’utérus ne pourraient pas disparaître sous prétexte que nous retenons notre flux. “C’est dans la tête”. Grand bien nous fasse ! Où est le problème ?

Pour d’autres, cette technique est “farfelue”, voire complètement stupide. Une nouvelle forme d’aliénation des femmes qui en plus de leur rôle d’épouse, de mère et de salarié devrait maintenant se mettre à contrôler leur flux menstruel. En somme, une régression de la femme, une image que l’on souhaiterait se donner pour se sentir plus forte.

Nous sommes capables de perdre du sang 84 jours par an, sans mourir. Nous n’avons besoin de rien d’autre pour nous sentir plus forte.

Vous êtes libre de votre corps

liberte-miracle-morning

Depuis notre plus jeune âge, nous apprenons à avoir honte de nos règles. Honte de demander à une inconnue si elle ne pourrait pas nous dépanner. Honte d’être vu un tampon à la main en direction des toilettes. Honte de notre protection qui a laissé « fuiter » quelques gouttes de sang.

Je n’ai pas honte d’être une femme, ni d’être en capacité de procréer.

Ah, et ne me parlez pas non plus de sang sacré. Nous ne sommes pas dans la République de Gilead. Mon sang ne me définit pas. Et la manière dont je décide de vivre mes règles ne regarde que moi.

N’importe quelle femme qui souhaiterait tenter l’aventure du flux instinctif libre peut et a le droit d’essayer. Il n’y a rien de dangereux à retenir pendant deux heures son flux à l’intérieur de son vagin. Le sang des règles n’est ni sale, ni infesté de je ne sais quelle bactérie.

Les bactéries de l’utérus sont les même présentes dans le vagin. Il faudrait en réalité que vous vous reteniez pendant plusieurs jours avant de développer une infection. Chose qui n’arrivera jamais ! Essayons déjà de le garder 2 minutes et estimons-nous heureuses !

J’ai été profondément déçue de voir tant de jugement dans les propos de ces hommes et femmes médecin. Qui plus est, aucun de leurs arguments ne me semble légitime.

Alors effectivement, je ne suis ni gynécologue, ni docteur. En revanche, je sais réfléchir. Et si retenir mon sang est dangereux, alors mettre un tampon est dangereux, porter une cup est dangereux. D’autant plus dangereux que nous insérons dans notre vagin des corps étrangers dont on refuse de nous communiquer la composition.

Dioxyde de chlore pour nous vendre de super tampons tout blancs. Génial ! Mais que croyez-vous que je fais avec mes tampons ?

Phtalate, perturbateurs endocriniens, formaldéhyde, glyphosate… En revanche, attention mesdames ! Ne tentez surtout pas de retenir votre flux, vous risqueriez votre vie en plus d’être stupide.

Non, préférez vos bons vieux tampons. Et si jamais un jour vous souffrez du syndrome du choc toxique menstruel et que l’on doit vous amputer et bien… ce sera la faute à pas de chance.

Régression ou libération ?

femme-libre

Je n’ai pas pu m’empêcher de rire lorsque j’ai lu que le flux instinctif libre était une régression de la femme. Parce que nous empêcher de connaître la vérité au sujet de nos protections intimes n’est pas une régression ?

Ah, mais non, j’oubliais. Nous sommes encore en train de nous contraindre et d’essayer de tout contrôler.

Penser à prendre des protections hygiéniques quand je sors, est une contrainte. Vider ma Cup et m’en foutre plein les mains, est une contrainte. Changer mon tampon toutes les 4 heures, si je ne l’ai pas oublié, est une contrainte. Prendre à heure fixe tous les jours ma super pilule bourrée d’hormones qui m’empêche d’avoir mes règles, est une contrainte.

Être capable de contrôler mon flux et de ne plus en dépendre 7 jours par mois, n’est pas une contrainte. C’est une délivrance.

Si je pouvais vivre mes règles, comme une simple envie de pisser, Dieu sait que je n’hésiterais pas une seconde. Et pour être tout à fait honnête, je m’y suis déjà essayé.

Alors comment on s’y prend pour contrôler son flux ? À vrai dire, il n’y a pas tellement de recettes miracle. Évidemment, l’idéal pour vivre cette expérience sans stress, c’est de pouvoir rester tranquillement à la maison. Je suis bien consciente que tout le monde ne peut pas se le permettre, mais pensez-y un jour de week-end ou pendant vos vacances.

Pour vous rassurer, n’hésitez pas à garder une serviette hygiénique en revanche. Si ça fuite, no stress.

Le tout est d’être à l’écoute de son corps, de ses sensations. Déjà très jeune, j’avais la capacité de prévoir le jour exact où mes règles allaient arriver et je n’avais absolument pas de cycle régulier. Je le savais, c’est tout. Et je parie que vous aussi.

La plupart du temps, elles arrivent la nuit. Et deveniez quoi ? Il est très rare que je me lève dans une mare de sang. En général, je file aux toilettes dès mon réveil et naturellement mon sang s’écoule. Pourtant à l’époque, je ne connaissais encore rien au flux instinctif libre.

La journée, c’est plus compliqué. D’autant plus si l’on travaille. Il n’y a encore pas si longtemps, j’avais un autre emploi en plus de mon métier de rédactrice. J’ai fait le pari fou de me rendre à mon boulot sans aucune protection intime. Comme ça, sur un coup de tête.

Je suis le genre de fille à avoir des règles hémorragiques. J’ai eu des fuites, inévitablement. Mais j’ai réitéré l’expérience. Pour la première fois de ma vie, j’ai vécu une semaine de règle sans aucune serviette, tampons ou que sais-je.

Dès que je sentais mon flux s’écouler, je serrais. Je serrais les cuisses et tous les muscles que je pouvais de toutes mes forces. Bien souvent, ça ne suffisait pas et je pouvais sentir mon sang couler.

C’était pas grave. Parce que premièrement, j’ai réalisé qu’en fait je ne perdais pas tant de sang que ça. Alors oui, j’avais de belles taches rouges dans ma culotte, pour autant je ne me suis jamais retrouvé noyé dans mes menstruations. Puis dès que je le pouvais, évidemment, je filais aux toilettes.

Mais surtout, mon dieu quel plaisir de ne plus s’embêter avec toutes ces protections ! Cela peut paraître stupide, mais quand bien même ma culotte était tachée de sang, je n’avais plus cette sensation de toujours devoir rester sur le qui-vive. “J’espère que ma serviette va tenir le coup, faites que mon tampon ne déborde pas !” Non. Je n’y pense même pas ! Je me fais confiance et je fais confiance à mon corps.

J’ai encore beaucoup de chemins à parcourir avant de pouvoir totalement contrôler mon flux. Certes, pour le moment cela me demande un effort et de la concentration. Peut-être même que je n’y arriverai jamais, qui sait ? La seule chose dont je suis sûr, c’est que plus jamais, au grand jamais, personne ne me dictera la façon dont je dois vivre mes règles.

Et vous, vous les vivez comment vos règles ?

Les présentations n’ont jamais été mon fort, mais soit, allons-y ! Jeune femme, joviale et curieuse recherche avant tout épanouissement personnel. Auxiliaire de vie puis agent petite enfance et finalement rédactrice web SEO passionnée ; le moins que l’on puisse dire c’est que ce ne fut pas un long fleuve tranquille.

Qu’à cela ne tienne, l’éternelle insatisfaite que je suis ne s’est jamais contentée d’une vie bien rangée, rythmée par les directives d’un patron radin et des heures passées dans les embouteillages.
Adepte des expressions françaises ringardes et de l’humour pince-sans-rire, je suis aujourd’hui heureuse d’avoir enfin pu renouer avec mon ami d’enfance, l’Écriture.

Depuis, Naturel et Zérodéchet se sont incrustés dans la team et il nous tarde de pouvoir partager avec vous nos astuces bio et bien-être. Au plaisir de vous lire, à plus dans l’bus !

Une pensée sur “Flux Instinctif Libre : fausse bonne idée ?

  • 13 mars 2019 à 21 h 14 min
    Permalink

    Ah oui! Alors là respect! Quel challenge! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *